minoterie

Intervenants Urbaines 2013
01 Bastien Aubry / Dimitri Broquard
02 Laetitia Bech / Jérémy Piningre
03 Marina Belobrovaja
04 Sarah Bernauer / Garett Nelson
05 Linus Bill / Adrien Horni
06 Heiko Blankenstein
07 Gorges Blunier
# Collectif Rodynam

09 Copains sauvages
10 Ramon Feller / Matthias Liechti / Simon Fahrni
11 Pawel Ferus
12 Emilie Guenat / Nicolas Raufaste
13 Nelly Haliti
14 Haus am Gern
15 Till Hillbrecht
16 Hotcha und Amateur
17 Joe La Noïze
18 Livia Johann
19 Florence Jung
20 Mateo Luthy
21 Monsignore Dies
22 Olivier Rossel
23 Celia und Nathalie Sidler
24 Veronika Spierenburg
25 VANDAG
26 Wink Witholt
27 ZOV


Vernissage vendredi 6.12.2013



m











m










m







m



m








m

m













m



m

m




m










Samedi 7-12-2013




m sdxcyxcfdfsdfsdf------------------------fsdfm

m

m dsf---------sdf










m




dimanche 8.12.2013






m

m





m
m

m


Les Urbaines art festival, Lausanne.
Pictures by Nelly Rodriguez, Greg Clément, David Wohlschlag, collectif RODYNAM etc.

SA 10 septembre FERME TU
Emeline Vit




BELLE RÉUSSITE POUR LES URBAINES 2013
15 DÉCEMBRE 2013 BY SIMON WURSTEN

Depuis 1996, le festival Les Urbaines a su peu à peu s’imposer comme la grande messe lausannoise de l’art contemporain au sens large du terme. L’édition 2013 n’a pas failli à sa réputation : dans le traditionnel froid des débuts de l’hiver, le festival proposait gratuitement un programme riche en performances, concerts, expositions et événements culturels de tout type, répartis sur trois jours dans pas moins de neuf lieux et pour un total de quelque 6000 visiteurs. La manifestation était de surcroît couronnée par un symposium organisé en collaboration avec l’Office fédéral de la Culture sur les « Post Digital Cultures », réunissant pendant deux jours un panel fourni d’intervenants d’horizons divers pour évoquer la relation entre l’art et les nouveaux médias.

Quand l’art rencontre l’industrie
m


Vue de l’exposition Tabula, Halles CFF, Les Urbaines (6-8 décembre 2013), Lausanne. ©Nelly Rodriguez

Mention spéciale pour l’exposition qui a investi les anciennes halles CFF aux abords de la gare. Pour l’occasion, Les Urbaines ont invité Chri Frautschi, fondateur et curateur de Lokal-int à Bienne, ainsi que le collectif Rodynam à proposer une exposition capable d’occuper l’immense espace à disposition. Tabula, résultat de cette collaboration a ainsi présenté les œuvres d’une trentaine d’artistes suisses de la scène alternative dans un dispositif simple où ni les œuvres ni l’espace investi ne prenaient le dessus l’un sur l’autre. Cette rencontre entre ancien espace industriel et productions artistiques s’est concrétisée dans une perspective dialogale. Les œuvres ponctuaient l’espace plus qu’elles ne l’habitaient, et le visiteur de découvrir tant un lieu unique qu’une exposition hétéroclite s’insinuant jusque dans les recoins les plus inattendus des halles. Sans instrumentaliser le lieu, Tabula en a ainsi plutôt proposé une découverte sous un nouveau jour, au fil d’un parcours libre d’œuvre en œuvre.

Par ce dispositif, l’exposition amorçait une réflexion sur la scénographie propre à l’art alternatif, eu égard notamment au fait que ce type de production particulièrement important tend à se réaliser dans des espaces peu institutionnalisés et dotés en eux-mêmes d’un caractère identitaire fort. Le dialogue entre espace d’exposition et œuvres jouit dans cette démarche d’un caractère singulier en comparaison des lieux estampillés « white cube » dont la particularité est d’être spécialement conçus pour mettre en valeur l’Œuvre d’Art dans son autonomie (pour ne pas dire son autosuffisance). Et ça marche : tous media confondus, les œuvres présentées dans Tabula se présentaient au spectateur dans une dynamique librement ouverte aux rapprochements et à l’émanation du sens.

A l’emplacement du MCBA
La démarche est d’autant plus intéressante que le lieu est voué à disparaître, pour laisser place au nouveau Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne (MCBA), dont le projet architectural a déjà été amplement diffusé. L’exposition s’est ainsi teintée d’une certaine nostalgie, à la veille de la destruction d’un lieu historique extraordinaire et trop peu exploité. On interprétera l’anecdote comme bon nous semble, mais prenons acte de la tenue d’un tel événement dans un lieu condamné à court terme pour mieux laisser place à une institution culturelle de renom. Sans discuter le paradoxe de l’art alternatif subventionné, et donc pas si indépendant que ça, on s’autorisera tout de même à gager que le MCBA octroiera une place digne aux productions artistiques alternatives. Après tout, Bernard Fibicher, directeur du MCBA, est également membre de la Fondation Les Urbaines.

Événement artistique reconnu, Les Urbaines se positionnent comme « un laboratoire public aussi joyeux que nécessaire » explorant tout type de production artistique et sortant quelque peu des sentiers battus de l’art contemporain des musées et galeries. Le festival amène ainsi un peu de fraîcheur (saisonnière) sur la scène contemporaine lausannoise, et c’est bienvenu ! Rendez-vous du 5 au 7 décembre 2014 pour la prochaine édition.

www.urbaines.ch